Culture modele-africain-traditionnel_73414

Publié le 5 août, 2018 | par Loulou De Gueyo

0

Les bases pour écrire, lire, parler Bété et Godié

Pouvez-vous vous exprimer dans votre langue maternelle en évitant au maximum les mots étrangers ou même sans utiliser un seul mot étranger ? Oui ? Essayer de faire un petit discours de 5min puis trouvez la réponse à ma question. Je félicite tout de suite ceux qui passeront cette épreuve car réussir à le faire n’est pas à la portée de tous aujourd’hui.

Cependant il y a des années de cela, nos grand-mères, et nos grand-pères voire nos ancêtres le faisaient naturellement. Je me rappelle encore ma grand-mère Kuasi ‘ ‘Kudu-nglɔ (c’est avec respect que je vocalise son nom) s’exprimer sans intercaler un seul mot étranger. Au vu et au su de ce constat je me suis posé un certain nombre de questions:

Que nous est-il arrivé au point de ne plus être à même de nous exprimer correctement dans nos langues maternelles ?

Nos langues maternelles existeront-elles toujours dans les siècles à venir ?

Que faisons-nous aujourd’hui pour préserver nos langues maternelles ?

Conscient de l’importance d’une langue pour un peuple, je me suis lancé dans des travaux afin d’apporter ma contribution pour la sauvegarde de cette richesse culturelle que le créateur nous à donné.

Ignorons-nous qu’un peuple n’existe que par sa langue ? Si nos langues maternelles disparaissaient, alors nous aurions simplement disparu en tant que peuple sur la surface de la terre. Nous serons certes présents physiquement, mais nous ne serons plus nous-même, nous serons vidés de tout ce qui nous identifie. C’est pourquoi la revalorisation de nos langues, de notre culture, de nous même devrait être une préoccupation majeure.

Les mots utilisés par un individus sont enfantés par sa culture et ce sont ces même mots qui serviront de véhicule à cette culture. De plus l’écriture peut être un ciment pour la conservation de notre culture et de nos langues.

En d’autres termes si nous arrivons à transcrire avec fidélité notre culture sur un support dans nos langues avec la possibilité de vocaliser correctement les mots, nous aurons fait un grand pas.

Le tableau qui suit contient des exemples de cette démarche qui pourrais s’étendre à d’autres langues locales.

Pour ma part je compte faire mes recherches sur le Godié et le Bété de Soubré parceque que je suis Godié et Bété. Je me sentirai un plus à l’aise. Mais vous remarquerez aisément que l’alphabet utilisé pourrait s’appliquer à la quasi totalité des langues du grand groupe Krou.

Je suis ouvert à toute critique dans le but d’améliorer ces travaux. Je serai ravi de voir des volontaires s’associer à ce projet afin d’apporter leurs contributions quel qu’elles soient.

En espérant que ces travaux vous soient d’une grande utilité, je vous souhaite bon apprentissage.

 

Lettre Français Bété Phonétique sens
a sac ‘ta trois
ä ‘ ‘lӧbhä frapper
b ballon baka couteau
bh ‘ ‘bhë fruit
c Tchad ‘ ‘cυ lune
ɔ bol -kɔkɔ poulet
d danser da mère
f fête ‘ ‘facι fourchette
g gâteau gëyi liane
gh ghäyι en haut
gb gbätι clôture
i lit likpï les cordes
ι ‘ ‘pι
les morceaux
ï ‘ ‘bhï les fruits
j Djibouti ‘ ‘ja la plaie
k kilo ‘ ‘kïkë la montagne
kp kpë la chaise
l lame leyi le fer
m mars mӧ aller ou va
n non nυ vin
ny pagne nyɔmυ l’air
ng ‘ ‘ng femme
o sot -sopu le chat
ӧ ‘ ‘mӧ dans
p pipe pιa Acheter
s saluer su porter
t torche tιmhε serpent
u loup ‘plu arc
v vie ‘ ‘vε la barbe
w wax wli le mouton
y paye ‘ ‘yu enfant
z zéro ‘ ‘zia oiseau
υ bhυ la jambe
e jet ‘ ‘bheyi ami
ë ‘ ‘pë le couvercle
ε lait ‘ ‘gwε le chimpanzé
gw ‘ ‘gwε chimpanzé
dw dwanυ machette
kw ‘ ‘kwε bosse
dl dlu sang
gl glε masque
wl wli mouton
vl vla Chat-huant

 

Nous avons 13 voyelles :

a, ä, ɔ, i, ï, ι, o, ӧ, υ, e, ë, ε

Nous avons 23 consonnes:

b, bh, c, d, f, g, gh, gb, j, k, kp, l, m, n, ny, ng, p, s, t, v, w, y, z

Les tons changent la signification des mots. Il en existe quatre qui peuvent également se résumer en trois tons.

Le ton haut comme dans [su] s’écrit ‘ ‘su = pousser (vers l’avant)


Le ton moyen haut comme dans [su] s’écrit su = arbre


Le ton moyen comme dans [su] s’écrit su = écraser


Le ton bas comme dans [su] s’écrit su = porter


Exemple de ton moyen: su (écraser), li (manger), yi (venir), (aller)

 

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

  • Syllabaire Bété (Soubré), Je lis ma langue, et toi ?  »  ‘N ‘zelι  ‘na ‘ ‘bhigbυ, ‘ ‘n -na ‘ ‘bhë ‘ ‘na-a ? « , LES EDITIONS LIVRE SUD(EDILIS 2003) pages 5,6 et 7, M. LOUABA Gouzou, M. BOTTE Guéré Bernard, ILA(Institut de Linguistique Appliquée de l’Université d’Abidjan-Cocody)
  • Bhεteh -nini  « Contes bété », EDITION CEDA 1980, pages 10 et 11, G. Zogbo, L. Gouzou, ILA(Institut de Linguistique Appliquée de l’Université d’Abidjan-Cocody)

 

 

 

Tags: , , , , , , ,




Laisser un commentaire

Vers le haut ↑